YES à l’Olympia – 30/03/2018

Post Tags

Gigz était à l’Olympia ce vendredi 30 mars à l’occasion de la venue d’un des groupes les plus emblématiques du rock progressif : YES.

Bien qu’il soit un groupe peu connu du grand public, YES n’en demeure pas moins un groupe qui a marqué l’histoire du rock des années 70. Un succès justifié par un style unique en son genre : un rock progressif et symphonique où la notion d’art a toujours trouvé une place centrale. Adepte des morceaux à rallonge aux multiples parties distinctes, ses compositions sont souvent considérés comme des symphonies à part entière.

En l’occurrence, le groupe fêtait les 45 ans de la sortie d’un de leur chef d’oeuvre : Tales From Topographic Oceans, un double album concept de 81 minutes, divisé en quatre parties. L’affiche de l’évènement annonce qu’ils en joueront la première partie ainsi que l’ultime. Le line-up est composé du chanteur Jon Davison, du guitariste Steve Howe, du batteur Alan White et de Geoff Downes aux claviers, sans oublier Billy Sherwood à la basse. Dylan Howe participe à la tournée actuelle en tant que batteur additionnel aux côtés de son père, Steve Howe.

Le concert commence sur les chapeaux de roues avec une première partie invoquant les plus grands tubes du groupe. Les lumières s’allument sur “Your’s Is No Disgrace” pendant près de dix minutes, prenant soin de convaincre le public dès les premiers instants. Une chose est sûre, Steve Howe n’a rien perdu de ses talents et profitera de tout le concert pour nous le rappeler. En témoignent ces morceaux en solo, où, accompagné de sa guitare acoustique, il ne manquera pas de clouer l’audience avec ses interprétations de “The Clap”, “Mood For A Day” et “Leaves Of Green” en deuxième partie.

Après une courte pause, la deuxième partie commence enfin sur l’intro de “The Revealing Science Of God”, qui est sans doute l’une des plus belles de l’histoire du rock. Moment de grâce quand Anderson entame les premières paroles du premier couplet, accompagné de magnifiques effets visuels rappelant les mondes imaginaires illustrés par Roger Dean sur les albums du groupe. On se retrouve alors complètement envoutés lors du premier drop, et l’arrivée des riffs de Steve Howe, magnifiquement accompagné par les synthés de Downes : vingt minutes de bonheur… Vient ensuite la fin du voyage avec le morceau “Ritual”, qui vient clôturer la soirée en beauté. Toute la salle s’illumine alors de bleu et de jaune lorsque le groupe entame en choeur le refrain “Nous sommes du soleil”, puis à l’inverse s’obscurcit à l’arrivée du batteur Alan White qui agrémentera la soirée d’un délicieux solo dans une section plutôt expérimentale.

La fête se terminera finalement après un rappel de 3 chansons qui finira de ravir les fans. Surprise : Trevor Horn des Buggles joint le groupe pour interpréter “Tempus Fugit” avec ses anciens compagnons. Puis vient la fin du show avec deux des plus grands tubes de Yes “Roundabout” et “Starship Troopers” qui participeront sans doute à rendre la soirée encore plus mémorable…

 

Setlist:

Yours Is No Disgrace

I’ve Seen All Good People

Sweet Dreams

South Side of the Sky

Clap

Mood for a Day

Parallels

Wonderous Stories

And You and I

 

The Revealing Science of God (Dance of the Dawn)

Leaves of Green

Ritual (Nous sommes du soleil) (avec Alan White)

 

Rappel :

Tempus Fugitn

Roundabout

Starship Trooper

Vous souhaitez ne rater aucune Gigz News ?

Inscrivez-vous à notre newletter pour être au courant de toute l'actu vivante !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *