Sixto Rodriguez, le chanteur oublié

Il était une fois

Post Tags

C’est l’histoire d’un chanteur qui aurait dû (pu?) passer à côté de sa carrière. Et qui finira par jouer ses compositions devant des salles combles, trois décennies plus tard, grâce à la magie d’internet. 

Sixto est né à Detroit en 1942 et est le sixième d’une famille d’immigrés mexicains. Enfant de la classe ouvrière, il est pris très rapidement de passion pour le blues, et d’amour pour les grands musiciens du milieu des années 60. Il prend part au mouvement contestataire hippie, fréquente et joue dans des bars des reprises des Stones, Beatles et autres chanteurs folk à la Dylan.

Il enregistre rapidement son premier single “I’ll Sleep Away” sur un petit label local, tout en changeant son nom afin de sonner local. Tout va ensuite très vite pour Rodriguez, qui se fait remarquer par des producteurs du label Sussex Records. Ces derniers lui produiront son premier album Cold Facts, en 1969.

Il rejoint l’Europe un an plus tard, et enchaine avec l’enregistrement de Coming From Reality en Angleterre. Bien que ces deux albums aient été enregistrés avec soin, en présence de musiciens de renom, ils se révèlent tous deux être des échecs commerciaux, et ne parviennent pas à trouver leur public.

S’en suit une descente aux enfers pour le jeune chanteur, qui voit coup sur coup son contrat se rompre avec son label et l’échec cuisant de son travail. Il arrête donc la musique en 1972, et tente de nombreux petits métiers pour survivre : peinture en bâtiment, éboueur, pompiste, ouvrier agricole… Pourtant, son travail de musicien se trouve apprécié en Australie et Nouvelle-Zélande suite à une réédition de ses morceaux, ce qui lui permet d’enfin partir en tournée entre 1979 et 81.

Mais c’est en Afrique du Sud que les morceaux de Rodriguez rencontrent le plus de succès, et à son insu ! Son album Cold Facts se retrouve importé, piraté et diffusé massivement dans un pays en plein apartheid, et sonne comme un chant de révolte d’une jeunesse désabusée. Son album devient disque d’or sans qu’il en soit au courant (il ne touchera d’ailleurs aucun droit d’auteur sur ses ventes en Afrique du Sud), et se retrouve vite censuré par le régime. Mais les titres du chanteur sont diffusés par des radios pirates et des morceaux contestataires comme “Establishment Blues” deviennent les hymnes des opposants aux Afrikaners.

Véritable star en Afrique du Sud, Rodriguez n’a pourtant aucune idée du succès qu’est le sien. De leur côté, les Sud-Africains ne connaissent rien du chanteur et des rumeurs diffèrent sur les causes de sa mort, alors qu’il est pourtant bien en vie et en pleine galère à Detroit. C’est finalement en 1996 que la fille aînée du chanteur découvre le site internet d’un disquaire du Cap dédié à son père, et les met en relation. Surpris de cette notoriété inattendue, Rodriguez se rend en Afrique du Sud où il fera de nombreux concerts à guichets fermés.

Le développement d’internet à la fin des années 90 amènera enfin le travail de Rodriguez sur le devant de la scène en Europe et aux Etats-Unis, le rappeur Nas ira même jusqu’à sampler Rodriguez dans un de ses titres. Le monde entier prend alors conscience de l’énorme talent du chanteur, qui était jusqu’alors dans l’anonymat le plus total.

La suite de l’histoire est plus connue : en 2012, le réalisateur Malik Bendjelloul, immédiatement touché par cette histoire, décide de réaliser un documentaire retraçant l’enquête entreprise par le disquaire du Cap pour retrouver Rodriguez. Le documentaire est un énorme succès, remporte un Oscar, et hisse Rodriguez dans le haut des charts mondiaux. S’en suivra l’heure de la résurrection : le chanteur oublié parcourra les salles du monde entier en 2013, et le succès qui va avec. Bien que ces concerts aient reçu un accueil mitigé, ils ont néanmoins permis à l’un des plus grands et plus simples compositeurs folk du XXème siècle d’être apprécié à sa juste valeur, et de renaître de ses cendres tel le phoenix qu’il a toujours été…

Vous souhaitez ne rater aucune Gigz News ?

Inscrivez-vous à notre newletter pour être au courant de toute l'actu vivante !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *