Renaissance à la Scala

Post Tags

Sorti de terre en 1873, le lieu dont il est question aujourd’hui a été tour à tour le plus beau café-concert parisien, un théâtre de boulevard, un cinéma, un multiplexe pornographique et a même failli devenir le siège d’une église universelle du royaume de Dieu. Voici donc le parcours extraordinaire de la Scala Paris qui va renaître de ses cendres le 11 septembre après presque 20 ans de fermeture.

 

Ce qui est prodigieux dans l’histoire de ce lieu c’est qu’à chaque fois, quelqu’un a détruit intégralement ce qu’il y avait avant et inventé quelque chose qui était à la pointe de l’innovation” – Frédéric Biessy

 

La Scala est désormais un théâtre depuis le rachat en 2016 par Mélanie et Frédéric Biessy. Leur ambition est d’inventer un modèle d’entrepreneuriat culturel à la fois privé et public. Frédéric Biessy dirige une société de production et de diffusion de théâtre. Quant à Mélanie Biessy, elle est à la tête d’une société de capital-investissement. En 2016, ils ont racheté la sallequi n’était plus qu’une ruine. Cependant, sa façade murée cachait une histoire folle, celle d’une salle de café-concert édifiée en 1873.

Inspirée de la Scala de Milan, cette salle compte 1 400 places et devient rapidement le lieu de consécration des plus grands interprètes. La programmation alterne les revues populaires bien dans l’esprit de la Belle Epoque. De Fréhel à Félix Mayol, en passant par Mistinguett et Yvette Guilbert, tous se pressent en ce lieu. Malheureusement, l’après-guerre et la crise de 1929 entraînent une baisse de fréquentation.

Devenue un splendide cinéma Art déco de 1 200 fauteuils en 1936, La Scala présente en exclusivité les meilleurs films, comme ceux de Jacques Tati, de Luis Buñuel ou de Jean-Luc Godard. Le lieu redevient très vite à la mode, réunissant lors de nombreuses avant-premières tout le haut du panier du 7ème art jusque dans les années 1960. Mais, le quartier subissant de profondes mutations, la salle laisse place petit à petit à la prostitution, aux trafics de drogues et aux squats.

En 1977, elle devient le premier multiplexe pornographique de la capitale : cinq écrans, 800 fauteuils… L’endroit devient de moins en moins recommandable, de plus en plus glauque, un des plus grands bordels de la capitale.

Elle ferme en 1999 lorsqu’elle est rachetée par l’Eglise universelle du royaume de Dieu. L’action coalisée des artistes, de Bertrand Delanoë et de la Mairie de Paris fait barrage à ce dessein, en imposant aux nouveaux propriétaires une affectation culturelle. La salle s’éteint de nouveau.

La Scala ré-ouvrira avec une création que Yoann Bourgeois a conçue spécialement pour la salle, et qu’il a appelée … Scala. Nous vous donnons donc rendez-vous le 11 septembre au 13, boulevard de Strasbourg. En attendant, n’hésitez pas à faire un tour sur Gigz pour voir les pièces qui se jouent autours de chez vous !

Oriane Hélias

Vous souhaitez ne rater aucune Gigz News ?

Inscrivez-vous à notre newletter pour être au courant de toute l'actu vivante !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *