Leon Vynehall au Café de la Danse – 20/06/2018

Live Reports Musique

Post Tags

Après deux EP encensés par la critique Music For The Uninvited et Rojus, le DJ britannique signe son premier véritable album chez Ninja Tune intitulé Nothing Is Still. C’est ce dernier projet que nous a interprété en live Vynehall, accompagné d’un jazz band et d’un show visuel envoutant…

Loin des sonorités house et dancefloor que ses deux projets précédents ont pu revêtir, Nothing Is Still apparait comme beaucoup plus personnel et contemplatif. En effet, ce premier album peut s’apprécier comme une création autobiographique, mettant en lumière les souvenirs de ses grands-parents ayant émigrés dans le New-York des années 60. Le résultat de quatre années de travail sur les textures et les arrangements, qui confère à l’album un aspect très ambient et mélancolique.

C’est dans un Café de la Danse complet et moite que Leon Vynehall s’installe en compagnie de ses trois acolytes à la batterie, contrebasse et synthétiseur. L’introduction est comme on pouvait s’y attendre très atmosphérique en attendant les premiers chants de violons. Des chants qui agiront comme fil conducteur de cette prochaine heure, tant Leon semble apprécier les cordes de cet instrument, qui se sont déjà révélées être sa marque de fabrique sur Music For The Uninvited.

Rapidement la boîte à rythmes se lancent et les premières snares viennent rythmer l’ensemble, et la contrebasse marquer les esprit sur le magnifique morceau Envelopes. Un pur moment de poésie, véritable patchwork de sons électroniques allant des violons aux synthés distordus, agrémenté de longues nappes, qui nous fait voyager dans la mélancolie de l’installation dans un pays inconnu.

Le tout est mis en image magnifiquement grâce à une projection invoquant le souvenir déformé et la nostalgie. Mais c’est aussi la faculté qu’a Vynehall de varier les instruments qui aura marqué. Passant de la boite à rythme, au synthé, en passant par la guitare électrique et le piano, le Britannique semble imprégné au plus profond de lui-même par ses créations, qui semblent sortir du plus profond de lui-même.

Bien que relativement courte, la prestation de Vynehall et son groupe aura eu le mérite de nous plonger de manière intense dans l’esprit de l’artiste et de sa créativité. De belles envolées instrumentales entrecoupées de kicks gras viennent rompre avec l’atmosphère ambient et nous rappellent les origines musicales du DJ. On ne peut que en redemander !

Vous souhaitez ne rater aucune Gigz News ?

Inscrivez-vous à notre newletter pour être au courant de toute l'actu vivante !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *