Le pressage sur radio : la méthode des russes pour contrer la censure

Il était une fois

Post Tags

Pour faire face à la censure mise en place par les dirigeants de l’Union soviétique, les fans de musique russe ont été forcés de faire appel à leur imagination.

En effet, interdits d’importer les derniers tubes provenant d’occident, attributs de l’impérialisme américain, des petits malins ont entrepris un marché noir de la revente de titres pressés à la maison. Le pétrole étant devenu une denrée rare après-guerre, ces mélomanes ont troqué le vinyle pour… les radiographies d’hôpital !

Récupérées dans les décharges d’hôpitaux, celles-ci étaient utilisées comme support d’enregistrement grâce à des machines DIY, pour ensuite être revendues sur le marché noir. Bien que la qualité ne fût pas au rendez-vous, cette petite innovation permettait néanmoins aux jeunes russes de pouvoir écouter les derniers albums de rock’n’roll d’Elvis, mais aussi du blues et du jazz des pays occidentaux. La « bone music » était née, symbôle de lutte pour la liberté et contre la censure soviétique.

Vous souhaitez ne rater aucune Gigz News ?

Inscrivez-vous à notre newletter pour être au courant de toute l'actu vivante !

1 Comment to Le pressage sur radio : la méthode des russes pour contrer la censure

  1. Hey! Someone in my Facebook group shared this website with
    us so I came to take a look. I’m definitely loving the
    information. I’m book-marking and will be tweeting this to my followers!
    Outstanding blog and brilliant design and style.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *